Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine - Historique > Histoire de la commune > La commune sous Charles X
Bienvenue sur le site de la commune de Saint-Urbain
accessibilité Agrandir Réduire Défaut

La commune sous Charles X

Les extraits issus des registres des conseils municipaux de Saint-Urbain sont reproduits en « italique » avec leurs éventuelles fautes d’orthographe.

Y avait-il de l’insoumission à Saint-Urbain en cette année 1830 ?
Charles X

Le sacre de Charles X

Il faut rappeler que la France tangue entre République parlementaire, Empire, Monarchie parlementaire. Napoléon Bonaparte a dû laisser le pouvoir à Louis XVIII, prédécesseur de Charles X. Ce dernier est nostalgique des règnes de ses ancêtres et se fait sacrer à Reims dans la plus parfaite tradition monarchique. Aussi, en 1830, la France connaît une seconde révolution appelée les « trois glorieuses », qui mène au départ du Roi fin juillet, pour son remplacement par Louis Philippe. Cet échange royal semble pousser son vent d’insurrection jusqu'à Saint-Urbain.

Ce jour du 26 septembre 1830, le conseil municipal se réunit « conformément à la circulaire de Monsieur le Préfet du Finistère [...] aux fins de la prestation de serment ordonné par la loi du 31 Août. » Tous les conseillers doivent prêter ce serment. « La formule de serment : en ces termes : Je jure fidélité au Roi des Français, obéissance à la Charte Constitutionnelle et aux Lois du Royaume. »

L’ adjoint Allain JAN et Jean SALAÜN, membre du conseil municipal ont prêté serment. Mais le Maire Noël Le BILLANT écrit dans son procès verbal que « le maire susnommé et tous les autres membres du conseil municipal se sont abstenus de prêter le serment [...] et nous, maire de Saint-Urbain, avons rédigé le présent procès verbal pour être adressé à l’Autorité Supérieure [...] dès ce moment déclare déléguer à [son] adjoint pour exercer les fonctions administratives. »

Le conseil démissionné

Un extrait des registres de la Préfecture, daté du 19 Octobre 1830 arriva à Saint-Urbain où le Préfet en vertu de l’article 20 de la loi du 28 pluviôse an 8 arrête la nomination de conseillers municipaux en remplacement des Sieurs De Goësbriant Pierre Désiré, Abgrall Pierre, Kerdoncuff Louis, Cam Yves, Maguet Yves, Gourvès Yves, Billant Yves, Parramont Hervé, Diverrès François, « tous démissionnaires par refus de Serment. » L’article 2 menace : « Les nouveaux fonctionnaires ne seront installés qu’après avoir prêté serment de Fidélité au Roi des Français. »
Allain JAN est maire et le 28 novembre, les conseillers nouvellement nommés prêtent serment.

Julien POUPON

.